Voitures à l’hydrogène : où en est-on ?

Ayant propulsé des moteurs dès 1807, l’hydrogène est le type de carburant le plus propre qui soit. Cependant, il n'a pas vraiment décollé dans le monde de l'automobile. De nombreux constructeurs se sont engagés à produire des véhicules à hydrogène en petit nombre. Face au boom des ventes de voitures électriques, l'adoption en masse semble encore compromise.

Fonctionnement des voitures à hydrogène

Une voiture à hydrogène a un réservoir qui alimente une pile à combustible avec de l'hydrogène gazeux à haute pression se mélangeant à l'oxygène. Ce mélange déclenche une réaction électrochimique qui produit de l'électricité pour alimenter le moteur électrique. Cela signifie que les voitures à hydrogène combinent les caractéristiques des voitures électriques (en raison de l'utilisation de l'énergie électrique et du moteur) et des voitures à essence conventionnelles (en raison du réservoir).

Le développement des véhicules à hydrogène est à un stade relativement précoce au Royaume-Uni. Cependant, certains constructeurs ont déjà franchi le pas et ont développé des modèles basés sur la technologie, tandis que d'autres sont en projet.

Quelques avantages des voitures à hydrogène

Contrairement aux véhicules électriques, les voitures à hydrogène offrent une proposition de valeur attrayante qui semble éliminer le problème de cycle de vie des batteries au lithium. C'est un plus pour l'instant, à l'heure où règne encore une incertitude sur l'avenir de ces batteries. De plus, conduire sans aucune émission polluante avec l'avantage d'être rapidement ravitaillé en 5 à 10 minutes est également une victoire incontestable en matière de mobilité.

Le vrai problème : obtenir de l'hydrogène

Bien que l'hydrogène soit l'élément le plus répandu dans l'univers, il n'existe pas sous sa forme pure  sur la planète bleue. En effet, il faut le produire à partir d'autres composés comme l'eau, le gaz naturel ou d'autres combustibles fossiles, ou la biomasse. Et pour cela, l'énergie doit être utilisée et les coûts environnementaux et économiques entrent dans l'équation.

Le problème est que ce processus de séparation des molécules H20 pour obtenir l'hydrogène nécessite une grande quantité d'énergie, ce qui en fait un processus très coûteux. Cependant, si cette énergie peut provenir de sources d'énergie renouvelables comme le soleil ou le vent, le cycle énergétique net peut devenir très faible en carbone et le processus devient plus respectueux de l'environnement. Par ailleurs, et bien qu'elles soient de moins en moins fréquentes, les fuites de méthane lors de l'extraction de gaz naturel ne sont pas rares. En outre, le processus d'extraction du gaz naturel peut nuire aux écosystèmes et à la biodiversité.

Les avantages économiques des bâtiments photovoltaïques pour les entreprises
Peut-on transformer l’air en pétrole ?

Plan du site