Quelles solutions pour stocker l’énergie produite ?

Conserver l’énergie produite n’a rien de nouveau. Mais depuis quelques temps, le concept a pris une autre tournure, notamment grâce au progrès des énergies renouvelables s’inscrivant dans la démarche du développement durable. Ce processus consiste à accumuler le surplus d’énergie, dédiée à un usage ultérieur. Il permet d’optimiser l’efficacité énergétique et de contribuer à l’intégration des énergies renouvelables variables. Le contexte garantit aussi plus de souplesse et de sécurité aux réseaux. Cependant, les techniques de stockage varient en fonction du type d’énergie.

 

Pourquoi stocker l’énergie produite ?

Aussi bien l’électricité que la chaleur, le stockage de l’énergie est un excellent moyen pour réguler sa « production » et sa « consommation » afin de réduire les pertes. Cela permet de répondre aux demandes plus importantes, à condition que l’énergie stockée disponible dépasse largement les besoins. Cette opération apporte également de l’aide en cas de rupture ou d’incertitude de production des autres types d’énergie, afin de satisfaire continuellement une demande. Actuellement, les technologies utilisées s’appuient essentiellement sur trois principes dont mécanique, thermique et électrochimique.

 

Les différents types de méthodes utilisées pour le stockage

Dénommés « stockages mobiles », les batteries font partie des plus connus et plus courants. En les chargeant, elles accumulent de l’énergie électrique qu’elles restituent durant leur utilisation, si on ne les branche pas à un générateur d’électricité. Ce type de stockage convient plutôt aux applications mobiles (véhicules, téléphones, ordinateurs…) ou applications de mobilité alternative. Il est également sollicité pour pallier la baisse de production d’énergies renouvelables variables. Dans cette option, la puissance requise est plus faible mais il faut optimiser la durée d’utilisation. Il y a aussi le stockage stationnaire, qui est une alternative très appréciée pour contribuer au développement des énergies renouvelables dites intermittentes.

 

Les techniques de stockage suivant les sources d’énergies

Les techniques de stockage varient en fonction du type d’énergie. Entre autres, les sources d’énergies fossiles telles que le gaz, le pétrole et le charbon, sont stockées de manière naturelle dans leurs réservoirs. Après leur extraction, elles peuvent être facilement isolées, transportées et logées. Par contre, le processus semble plus difficile pour les types d’énergies intermittentes. Ces derniers nécessitent des systèmes de stockage spécifiques, qui prennent en compte différents vecteurs énergétiques comme l’électricité, l’hydrogène ou la chaleur. L’énergie thermique est la plus facile à emmagasiner dans sa forme d’origine. L’on peut citer à ce titre le stockage de chaleur latente ou chaleur sensible, etc. Pour l’énergie électrique, il y a le stockage gravitaire de masse d’eau, le stockage d’énergie cinétique, le stockage électrochimique, etc. Quant aux techniques de stockage mécanique/cinétique, il existe le pompage hydraulique, le stockage par air comprimé, les volants d’inertie, etc.

Peut-on économiser en changeant de fournisseur d’énergie ?
Energie renouvelable : quelles solutions sur un bâtiment ancien ?